Inclassables

melty.fr partenaire de la Quiksilver Pro France 2012, évènement mondial !

Présent sur le Quiksilver Pro en tant que partenaire média, melty.fr a eu l’honneur de rencontrer l’immense star du surf Kelly Slater, 11 fois champion du monde ! L’occasion pour l’Américain de vous adresser une petite dédicace rien que pour vous !

Le temps passé avec l’homme est précieux. Alors autant dire que melty.fr a "surkiffé" cette interview avec Kelly Slater, 11 fois champion du monde de surf ! C’est simple, l’Américain est un peu le Roger Federer de sa discipline. 50 victoires au compteur sur le circuit mondial et des records à la pelle qui en font le détenteur du titre officieux de plus grand surfeur de tout les temps. Sur ce Quiksilver Pro France 2012 lancé aujourd'hui et dont melty.fr est partenaire, Slater a parfaitement négocié le premier tour en sortant en tête de sa série. Qualifié directement pour le troisième tour, il a ensuite accordé un peu de temps aux médias. melty.fr était invité dans l’après-midi à une petite table ronde avec lui. Détendu, Kelly Slater a évidemment évoqué ses sensations après cette première journée bien négociée. Mais avant de commencer, celui qui a été le plus jeune champion du monde de l’histoire (à 20 ans en 1992) et qui est aujourd’hui le plus vieux (avec son titre l’année dernière acquis à l’âge de 39 ans) n’a pas hésité à porter les lunettes melty ! Et voila une petite dédicace de Kelly Slater qui vous est spécialement adressée !

Pour cette étape d’Hossegor, Kelly Slater le sait. Cette semaine va être cruciale pour lui alors qu’il ne reste que quatre manches d’ici la fin de saison (sur 10 au total) et qu’il est actuellement troisième au classement général. Au-delà d’un possible 12ème titre qui le placerait encore un peu plus dans la légende de son sport, Kelly Slater a notamment évoqué son appréhension de la compétition après 20 ans passé sur le circuit professionnel. "Bien sûr, Je suis encore nerveux aujourd’hui à 40 ans, notamment quand j’affronte les concurrents du top 5. Mais cela ne veut pas dire que je suis ultra relaxe fasse à des surfeurs qui arrivent sur la compète avec une wild-card (invitation). Ces mecs là savent qu’ils n’ont rien à perdre et surfent donc souvent plus libérés que les surfeurs qui sont favoris. En fait, la pression est surtout là lorsque vous savez que vous devez absolument avoir une certaine note pour passer au tour suivant. C’est l’obligation de résultat à un instant donné qui peut parfois vous faire commettre des erreurs".

Quand à son goût pour la compétition, celui qui est né d'une mère aux racines irlandaises et d'un père d'ancêtres syriens le puise encore aujourd’hui dans ses premières années de pratique du surf. "Quand j’ai débuté, j’ai tout de suite été en compétition avec mes frères (Sean et Stephen). Non pas que je voulais être le meilleur, mais ils m’aidaient constamment à aller chercher la performance un peu plus loin. Le surf, c’est ma vie. J’ai toujours vécu à travers ça et c’est ce qui me donne le plus de satisfaction et de plaisir. Depuis mon plus jeune âge, je me sens un peu différent et j’ai toujours eu l’espoir de faire quelque chose de spécial dans le surf." Pas de soucis Kelly, cela fait déjà longtemps que tu as fais quelque chose de spécial dans ton sport…

Linkedin
Partager sur Linkedin

News

Che passa à #melty